Peintre de la lumière

La peinture de janick Lederlé  a fortement évolué.  Les techniques que j’avais acquises en peignant des danseurs sous les feux des projecteurs m’a beaucoup aidée pour tirer le maximum du jeu des rayons lumineux. Les couleurs sont devenues plus intenses, surtout dans les personnages et les compositions.

La mémoire visuelle qu’elle a  cultivée dans ses études d’anatomie, puis dans les spectacles de ballet, lui a été particulièrement utile. Le peintre doit en effet procéder  par croquis rapides de visions fugitives. Qu’il s’agisse de traduire la vie des villages, le travail dans les champs, le lavage du linge au bord d’un oued, toutes les choses de la vie quotidienne; Ou bien de célébrer l’envolée d’un sari ou la prestance majestueuse d’un berger  portant la djellaba traditionnelle, telle une draperie à l’antique.

Les aquarelles de notre artiste contemporain sont entièrement réalisées sur le vif. Les huiles sont faites dans son atelier à partir de croquis plus ou moins poussés, en renforçant la composante décorative qui, pour elle, est essentielle.

Peindre, c’est transmettre sur la toile une émotion, un certain sens de la vie, de la beauté et de la lumière. Car c’est la lumière qui permet d’accéder à la vérité intérieure des êtres. C’est elle qui donne aux visages leur expression. C’est elle qui traduit l’intimité qui existe entre les personnages d’un groupe. C’est grâce à elle qu’une toile n’est pas seulement ressemblante, juste de gestes, techniquement réussie ou agréable, mais qu’elle devient vivante. Une toile sans lumière, c’est une scène sans projecteurs.

Ses projets ? Repartir, voyager, découvrir, exposer. La passion de peindre ne s’arrête que devant l’impossibilité de peindre. »

Pour aller plus loin :

>>> Les oeuvres de Janick Lederlé

>>> L’actualité du site

Leave a Comment

Boutons Paypal par Blog Expert